Comprendre la granularité de l’information

Qu’est-ce que la « granularité de l’information » ?

Pour ceux qui se sont déjà posé la question, une rapide recherche sur Google vous aura sans doute mené à la définition Wikipédia suivante :

« La notion de granularité définit la taille du plus petit élément, de la plus grande finesse d’un système. Quand on arrive au niveau de granularité d’un système, on ne peut plus découper l’information. Par exemple dans une population, la granularité est l’individu. »

Avec un peu d’esprit de déduction, j’en conclu que si vous en êtes en train de lire cet article, c’est que cette première définition ne vous a pas franchement aidé à y voir plus clair.

J’en conclu également qu’une réponse simple serait plutôt appréciée et que quelques exemples concrets seraient les bienvenus. Que votre vœu soit exaucé !

Granularité et information

En matière d’information, la granularité définit le niveau de détail (grain) de l’information présentée. En d’autres termes, plus une information comporte des détails, plus son niveau de granularité est bas et inversement, moins il y a de détails, plus le niveau de la granularité sera haut.

schema comprendre la granularite

comprendre la granularité (cliquez sur l’image pour agrandir le schéma)

Concrètement, pour un site web, le niveau de granularité indique la manière de structurer l’information avec différentes échelles possibles : sur l’ensemble du site (rubriques, sous-rubriques…) ou à l’intérieur d’une même page (paragraphes, phrases, mots…).

Hiérarchiser le contenu

Le rôle du rédacteur est alors de s’appuyer sur ces segmentations pour adapter l’information aux différents niveaux de granularité en fonction des besoins de l’utilisateur. Chacun de ces niveaux est alors définit par un identifiant, exploitable par l’ensemble des visiteurs (internautes + moteurs) pour se repérer facilement et utiliser l’interface de façon plus intuitive et agréable.  Et il va de soi que cette hiérarchisation logique de l’information est une considération essentielle pour le SEO.

Pour mieux comprendre : le premier niveau d’un site propose des informations généralistes, superficielles et plus on creuse, plus on retrouve des contenus précis, complets.
On visualise alors très bien la métaphore de l’entonnoir, qui nous permet de guider ceux qui le souhaitent vers une information de plus en plus complexe et volumineuse.

On peut alors estimer que plus un internaute « creuse » un sujet, plus il manifeste un intérêt à son égard et donc, sera intéressé par le contenu proposé.  Par conséquent, un texte situé au troisième niveau de profondeur d’un site (niveau de granularité bas), aura d’avantage de chance d’être lu avec attention, même s’il est plus long. Les niveaux précédents n’auront alors servi qu’à l’aiguiller, et lui confirmer qu’il était dans la bonne direction.

explication granularite

Schéma d’explication granularité (cliquez sur l’image pour agrandir)

Bien définir sa granularité pour optimiser son efficacité

Pour conclure, disons que pour l’ensemble des acteurs du web amenés de près ou de loin à produire un contenu, la granularité est un paramètre essentiel qu’il est impératif de prendre en compte. Qu’ils soient ergonome, webdesigner, rédacteur/SEO, développeur… tous doivent (devraient) réfléchir définir en amont à la granularité pour envisager l’interface/le contenu qui sera le mieux adapté en fonction de la segmentation des internautes ciblés ou du support.

Un autre article sur le sujet : le vide poche